D’après le “Castor Conservateur”, un média canadien, le PDG de Pfizer, Albert Bourla, aurait été arrêté vendredi matin à son domicile de la banlieue aisée de Scarsdale, à New York, par le FBI et inculpé de plusieurs chefs d’accusation de fraude. Bourla est détenu en attendant une enquête sur le cautionnement. Des agents fédéraux sont en train d’exécuter un mandat de perquisition à son domicile et dans plusieurs autres propriétés qu’il possède à travers le pays.

J’ai mené ma petite enquête pour vérifier l’authenticité de cette rumeur qui galope sur les réseaux sociaux.

L’information est à lire avec prudence. En effet le “Castor Conservateur” n’est pas réputé pour l’authenticité de ces informations. Le même site avait annoncé l’arrestation de Soros et Obama l’an passé. Donc site spécialiste des fausses informations d’arrestations retentissantes. Et c’est la source de toutes les informations similaires qui circulent dans les réseaux sociaux à ce sujet.

Aucun autre média en Amérique ne diffuse ce scoop.

Néanmoins cette fiction n’est peut-être pas loin de la réalité, au vu des récentes révélation sur les fraudes dans les essais du vaccin Pfizer.

Voilà ce qu’écrit le “Castor Conservateur” :

Albert Bourla fait face à des accusations de fraude pour son rôle dans la tromperie des clients sur l’efficacité du “vaccin” COVID-19. Pfizer est accusé d’avoir falsifié des données et versé de gros pots-de-vin. Selon un agent du FBI qui s’est entretenu avec le conservateur Beaver , Pfizer a menti sur l’efficacité des vaccins et induit les clients en erreur sur les effets secondaires graves que les vaccins peuvent produire. Pfizer est accusé d’avoir payé les gouvernements et les médias grand public pour qu’ils gardent le silence.

Albert Bourla était déjà sur le grill après qu’il a été révélé que Pfizer, et un partenaire de recherche, “des données falsifiées, des patients non aveugles, employaient des vaccinateurs insuffisamment formés et étaient lents à suivre les événements indésirables“. La dénonciatrice Brook Jackson a été licenciée à la suite de ses tentatives pour mettre fin à la fraude qui était en train d’être commise, a rapporté BMJ. En octobre, Project Veritas a publié une série de fuites surnommées “PfizerLeaks”. Dans la vidéo, un autre lanceur d’alerte de Pfizer révèle comment l’entreprise utilise des cellules fœtales avortées dans le “vaccin” COVID-19. Pfizer a essayé de cacher ce fait au public. S’il est reconnu coupable, Albert Bourla pourrait passer le reste de sa vie en prison. Bourla est considéré comme innocent jusqu’à preuve du contraire. La police a ordonné un black-out des médias, qui a été immédiatement approuvé par un juge. Le castor conservateur est basé au Canada et n’est pas soumis à la loi américaine.

voir le Tweet





Tags:

Pas de commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *