Les vaccins COVID provoquent les symptômes de la maladie de Parkinson et d’autres troubles neurodégénératifs.

Alors que s’accumulent les cas de syndrome de Guillain-Barré, une maladie neurologique apparemment “rare”, chez des personnes ayant reçu un vaccin COVID – ce qui a obligé la FDA, peu enthousiaste, à apposer une étiquette d’avertissement sur le vaccin de Johnson & Johnson (J&J) , mentionnant que certaines personnes ayant reçu le vaccin COVID peuvent s’attendre à des conséquences neurologiques graves ou fatales – des scientifiques lancent des avertissements urgents sur un possible tsunami d’autres types de lésions neurologiques

L’immunologiste J. Bart Classen, ancien chercheur sous contrat avec les NIH et propriétaire de Classen Immunotherapies, une société de biotechnologie du Maryland, a publié en février un article soulignant le potentiel des vaccins COVID à ARN messager (ARNm) à déclencher le développement de maladies à prions ainsi que d’autres maladies chroniques (conclusions basées sur l’injection Pfizer)
( https://scivisionpub.com/pdfs/covid19-rna-based-vaccines-and-the-risk-of-prion-disease-1503.pdf )

Les maladies à prions ou “de type prion” comprennent notamment les maladies d’Alzheimer, de Parkinson, la sclérose latérale amyotrophique (SLA) et l’atrophie systémique multiple (ASM). L’une des caractéristiques de ces maladies neurodégénératives est la formation et le regroupement de protéines mal repliées dans le système nerveux

En juin , Classen a publié un 2ème article sur les risques de maladies à prions qui s’appuie sur des données réelles d’événements indésirables survenus au Royaume-Uni après la vaccination avec les vaccins AstraZeneca ou Pfizer COVID.
( https://scivisionpub.com/pdfs/covid19-vaccine-associated-parkinsons-disease-a-prion-disease-signal-in-the-uk-yellow-card-adverse-event-database-1746.pdf )

Ces données montrent que le risque d’effets indésirables neurodégénératifs est loin d’être théorique.

L’analyse de Classen porte sur environ 6 mois de données (jusqu’à la mi-juin 2021) pour 2 des injections expérimentales COVID actuellement autorisées au Royaume-Uni – le vaccin Oxford-AstraZeneca qui utilise des adénovirus génétiquement modifiés et le vaccin Pfizer-BioNTech qui repose sur un ARNm synthétique encapsulé dans un lipide

Normalement, il faut des années (voire des décennies) pour que le repliement anormal de certaines protéines produise une maladie à prions

Classen a détecté un “signal clair” pour la maladie de Parkinson pour plusieurs raisons

Il suggère que les vaccins COVID pourraient accélérer la progression de la maladie chez les personnes qui sont déjà atteintes d’une maladie à prion subclinique ou d’une maladie à prion légère non diagnostiquée

Et, la protéine spike du vaccin peut provoquer un mauvais repliement des protéines essentielles de liaison ARN/ADN appelées TDP-43 et FUS et catalyser une “réaction en chaîne” toxique

La protéine spike du vaccin peut également provoquer la formation d’amas anormaux (appelés corps de Lewy) de protéines “y compris les prions [normaux] déjà présents dans les cellules”, ce qui peut entraîner une “mort cellulaire relativement rapide”. Les corps de Lewy “provoquent une partie ou la totalité des symptômes moteurs de la maladie de Parkinson”

“Les déséquilibres dans les taux de réactions détectés … peuvent s’expliquer par les différences frappantes dans la composition des 2 vaccins, qui permettent à l’un d’entre eux d’induire plus rapidement certaines maladies à prions. Le vaccin AstraZeneca … peut se concentrer davantage dans le système gastro-intestinal, ce qui entraîne un transport plus rapide de la protéine spike vers le cerveau via le nerf vague. En revanche, sur le long terme, le vaccin Pfizer à ARNm pourrait inciter davantage de TDP-43 et de FUS à former des prions et entraîner davantage de maladies à prions” – Classen

https://www.theburningplatform.com/2021/07/23/scientist-sounds-alarm-covid-vaccines-producing-symptoms-of-parkinsons-other-neurodegenerative-disorders/

Tags:

Pas de commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *