Un cluster d’OMACRON, extrêmement contagieux, contamine l’Elysée, Matignon, des élus députés et des sénateurs qui ont eu “un fort désir d’emmerder” à Tout VAX et du coup une irrésistible envie de voter pour le Pass Vaccinal.

Comprendre ou CONVAINVRE ?

Un mot aujourd’hui d’usage politique courant “CONVAINCRE” caractérise la baisse des défenses immunitaires politique orientée à la défense de nos valeurs Républicaines : “Liberté, Egalité, Fraternité”.
Dans un corps social sain, celui qui gouvernait qui avait à coeur d’écouter, d’entendre, que chacun puisse exprimer en toute liberté des points de vue différents. Il avait à coeur de dialoguer dans la recherche d’une perception consensuelle de la réalité orientée vers l’apaisement, une résolution convenable pour tous des conflits.

Un mot qui caractérisait ce bon sens politique : “COMPRENDRE”

Convaincre

L’étymologie du terme est éclairante : du latin « convincere » qui signifie « dénoncer », « prouver ».

Il s’agissait au XIIème siècle d’un terme judiciaire. Il consistait à dénoncer en justice une personne, et de prouver sa culpabilité, donner des preuves qu’une personne s’est rendue coupable d’un crime.

Ce terme s’est ensuite répandu dans la vie courante, pour signifier la démonstration de la justesse d’un point de vue raisonnable par la persuasion, l’argumentation afin de rallier à ce point de vue.

Mais comme le rappelle André Lalande la conviction (convaincre) s’oppose à la persuasion comme la raison au sentiment (par l’imagination ou l’émotion, quelque fois au profit de l’erreur).

Vocabulaire technique et critique de la philosophie, André Lalande, 10e édition, 1996

Comprendre

Du latin « comprehendere » qui signifie saisie avec, ou saisir ensemble.

Ce terme rapporté aux relations interpersonnelles évoque la capacité à l’écoute du point de vue de l’autre, un effort tendu à bien saisir les explications de l’autre, embrasser ou saisir le point de vue de l’autre par l’intelligence, se prendre ensemble par la main dans le respect de nos différences. Il évoque aussi la capacité à concevoir par l’écoute et le dialogue une plus juste ou plus large idée de la réalité.

L’élection piège à con .. vaincre

Pour se faire élire, un candidat aura à cœur de convaincre par la raison son électorat de la justesse de son programme politique. Mais il s’agit aussi de persuader en jouant sur l’imaginaire, l’émotion, le paraître, d’accuser, d’accabler, et de fournir des preuves de la culpabilité des autres candidats. Et à ce jeu tous les moyens même les plus vils sont bons. C’est ainsi que l’image du candidat Emmanuel Macron a été façonné et propagé par les médias en préparation des élections en 2017 afin de mettre en valeur sa jeunesse, ses capacités théâtrales, son audace, ses talents d’innovation, un paraître séduisant cachant ses erreurs politiques pendant son ministère à l’économie sous François Hollande.

 L’affaire François Fillon viendra salir l’image de son candidat le plus sérieux, puis Marine Lepen présenté comme un épouvantail d’inhumanité par les médias et l’ensemble de la classe politique finira d’assurer la victoire d’un Emmanuel Macron convainquant.

Les français convaincus par son programme et par le personnage ? Il s’agit d’un trompe l’oeil. En examinant de près les résultats je me suis aperçu que par le jeu de l’abstentionnisme, seul un dixième des citoyens français avaient réellement affirmé par leur bulletin de vote être « convaincu » par Emmanuel Macron.

Le système électoral qui cherche à CONVAINCRE n’aura permis ni aux candidats de s’écouter et de se comprendre, ni aux candidats d’écouter et de comprendre les citoyens français.

Mais le candidat vainqueur Emmanuel Macron, convaincu que son programme aura été choisi par l’ensemble du peuple français, usera de tous les moyens même les plus tyranniques et violents pour appliquer ce programme.

Au bout de 5 années de ce mandat présidentiel tyrannique et violent le pays “convaincu” est en crise permanente d’explosions sociales, et les français dans un mal-être sans précédent.

Les doutes émis par des virologues sur l’efficacité de la vaccination pour venir à bout d’une pandémie car le virus est rapidement mutant sont des éléments raisonnables légitimes qui justifient le refus d’une frange de la population de se prêter au jeu de cette expérimentation médicale mondiale.

L’expérimentation médicale ARN messager

En début d’année 2021, la liberté était laissée aux citoyens de se porter volontaires ou bien de refuser de se prêter à cette expérimentation médicale. Mais vu qu’aux yeux de la classe politique, les injections ARN messager paraissaient la seule manière (lucrative) d’éviter les mortalités et enrayer la pandémie, la politique choisie fut d’obtenir l’immunité collective en incitant 60% de la population à se faire injecter.

Il a été proposé par l’UE non pas l’obligation vaccinale, mais de « convaincre ».

Or, la prudence suscitée par l’aspect expérimental innovateur, le manque de recul sur les effets induits de dégradation de la santé ou de mortalité induit par ces injections ne sont pas des éléments favorables à la « conviction ».

Mais il fallait « convaincre » ! Et pour cela faute d’arguments raisonnables « convainquant » les moyens de persuasions les plus vils seront utilisés : chantage à la liberté, déluge médiatique de terreur de cette pandémie, de stigmatisation, et de mépris des récalcitrants.

Le retour à la “compréhension” ?

Nous ne pouvons pas changer malgré elle une autre personne que soi-même. Peut-être vous en êtes vous rendu compte ? Et quand il s’agit d’un égrégore * aussi puissant et installé que celui auquel nous sommes confrontés, qui nous happe, nous noie dans un déluge de croyances irrationnelles, d’émotions de peur, et de haine les uns contre les autres, de gouvernance tyrannique, comment s’en libérer ?
Je ne vois qu’une issue ! Résister personnellement, calmement, se libérer soi-même, esprit, âme et corps, prendre de la distance, de la confiance, de la joie de vivre, de la fraternité. Un être humain libre, fraternel et joyeux ne peut être happé par cet égrégore malsain aussi monstrueux soit-il.
Les êtres humains libres et cordiaux se reconnaissent entre eux, s’associent, expérimentent et réalisent ensemble de nouvelles formes de vivre ensemble, de gouvernance. Cette dynamique s’affermit jour après jour, jusqu’à la fin de cette nuit noire, jusqu’à l’aube d’un nouveau jour, jusqu’à l’évidence d’une humanité à nouveau apaisée joyeuse.

égrégore : désigne un groupe constitué par l’agrégation de croyances, des intentions, des énergies et des désirs de plusieurs individus unis en une entité collective vivante commune. Un égrégore prend naissance, se développe, s’affermit, se nourrit des énergies de ces membres, tend à happer de nouveaux membres, grossit dans des proportions parfois monstrueuses qui peuvent mettre en péril le vivre ensemble en paix.